L'alimentation pauvre en FODMAP et le syndrome de l'intestin irritable

Colopathie fonctionnelle, colon irritable, tels sont les termes sous lesquels peuvent également être "rangé" le syndrome de l'intestin irritable (SII).


C'est une maladie chronique de l'intestin, sans gravité mais qui engendre une gêne importante au quotidien et une altération de la qualité de vie chez les personnes qui en sont porteuses. Gêne d'autant plus importante que le diagnostic est souvent posé très tardivement, laissant ainsi le patient anxieux, frustré, à la recherche d'une cause organique de ses symptômes.


Les symptômes les plus courants sont:

- des douleurs abdominales

- une altération du transit intestinal: diarrhée, constipation ou une alternance des deux

- des ballonnements

- des gaz en excès, flatulences

- une distension abdominale.

Ces symptômes vont et viennent, et la sévérité de ceux ci peut varier d'un individu à l'autre.


En France, 5% de la population est touchée en moyenne. Les femmes sont 2 fois plus touchées que les hommes et le diagnostic se fait vers 30-40 ans.


Comment est posé le diagnostic ?

Il n'y a pour le moment pas d'examen qui permette de poser le diagnostic. Ce sont vraiment les symptômes qui doivent être pris en compte pour cela.


Le SII doit être diagnostiqué par un médecin selon les critères de Rome IV:

les symptômes doivent être présents au moins 1 jour par semaine sur les 3 derniers mois en s'inscrivant sur une durée de 6 mois au moins, en association avec un ou plusieurs éléments suivants:

- douleur associée à la défécation

- avec un changement dans la fréquence des selles

- avec un changement dans la consistance des selles


Ces critères permettent ainsi de classer le SII selon les symptômes prédominants:

- SII-D (diarrhée prédominante)

- SII-C (constipation prédominante)

- SII-M (forme mixte)

- SII-U (unclassified)


A noter que les symptômes en question peuvent être les mêmes pour d'autres pathologies intestinales (maladie coeliaque, endométriose, MICI...) et qu'il est important de se rapprocher d'un médecin/d'un gastroentérologue afin de ne pas passer à côté !


Que sont les FODMAPs et pourquoi les limiter ?

C'est en fait un acronyme pour: Fermentable Oligo-Di-Mono-saccharides And Polyols.

Il s'agit de sucres qui ont tendance à fermenter au niveau des intestins, créant ainsi les symptômes répertoriés plus haut.

Ils sont présent à l'état naturel dans bon nombre d'aliments tels que les fruits, les légumes, pain, céréales, oléagineux, graines, laitages, boisson mais également de manière ajoutée dans certains aliments transformés.


Voici une vidéo très intéressante faite par l'Université de Monash en Australie (qui est à l'origine des recherches sur les FODMAP dans le cadre du SII) pour vous expliquer leur rôle dans l'apparition des symptômes : https://www.youtube.com/watch?v=Z_1Hzl9o5ic


Quels sont les bénéfices escomptés ?

Avant tout, je précise que l'alimentation pauvre en FODMAP ne guérira pas le SII mais va aider à contrôler les symptômes.


Les recherches de l'Université de Monash on montré de très bon résultats avec cette méthode: 3 personnes sur 4 constatent une amélioration de leurs symptômes en 2 à 6 semaines. Réduisant les douleurs et crampes abdominales, améliorant le transit intestinal, réduisant les ballonnements et améliorant ainsi la qualité de vie chez ses personnes.

Il se peut tout de même que cela ne fonctionne pas et il faudra alors se tourner vers d'autres types de traitements.


Pourquoi est-il important de se faire aider par un diététicien formé à cette méthode ?

L'alimentation contrôlée en FODMAP se fait en 3 phases:

- une première phase de limitation stricte, afin de stabiliser les symptômes au maximum (2 à 6 semaines)

- une deuxième phase de réintroduction progressive de chaque groupe de FODMAP (6 à 8 semaines)

- une troisième phase de personnalisation


A la fin de la phase de limitation des FODMAP, il est important de les réintroduire petit à petit.

Les patients que je rencontre appréhendent souvent de le faire, de peur de voir leurs symptômes réapparaitre.

Cependant l'alimentation pauvre en FODMAP ne doit surtout pas être suivie sur le long terme, risquant de déséquilibrer complètement la flore intestinale, créant des carences nutritionnelles voire une dénutrition ! Sans parler du fait qu'elle est restrictive et qu'il faut lever ces restrictions au maximum pour pouvoir manger le plus varié possible, sans frustration, tout en gardant le lien social autour de l'alimentation !


A l'issue des différents tests de réintroduction des aliments, un diététicien formé saura vous guider pour varier votre alimentation le plus possible tout en gardant un certain contrôle sur vos symptômes.


J'ai été formée par l'Université de Monash, n'hésitez pas à me contacter pour plus d'informations !

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout